Les soignants appelés à manifester le 14 septembre prochain

La CGT appelle les soignants à descendre dans la rue mardi prochain, à l’aube d’une grève générale, début octobre, aux revendications multiples . La CGT santé se positionne contre l’obligation vaccinale dans les centres hospitaliers ainsi que dans les Ehpad. Tour d’horizon de cette rentrée plus que mouvementée. 

Mesure difficile à avaler pour certains

Une rentrée mouvementée, c’est le moins que l’on puisse dire. Tantôt les mesures restrictives, tantôt un nouveau passe-sanitaire, la grogne prend de plus en plus de place pour une partie de la population qui ne comprend pas les décisions prises par le chef de l’État. Une des mesures qui ne fait pas tout à fait l’unanimité est la vaccination pour le personnel soignant. En effet, une frange de la population est prête à changer de travail pour ne pas se soumettre au passe sanitaire. 

Rentrée sociale offensive

La centrale syndicale avait pourtant averti le gouvernement de s’attendre à une rentrée sociale “offensive”. En effet, lundi dernier, la CGT a appelé à la grève générale le 5 octobre, mais la fédération Santé de la CGT lancera les adversités le 14 septembre prochain.

Hausser le ton

La CGT hausse le ton face au gouvernement et souhaite que la hausse des salaires, la lutte contre la précarité et les inégalités homme-femme soit dans leur priorité. De plus, ils réclament la défense des services publics et des libertés, en plus du retrait du projet phare d’Emmanuel Macron sur les réformes de l’assurance-chômage et des retraites. Bien sûr, la CGT appelle les soignants à descendre dans la rue notamment pour l’obligation vaccinale pour les salariés. 

15 septembre, la date butoire

A titre informatif, le passe sanitaire est entré en vigueur ce lundi pour les personnels en contact avec le public. Quant aux personnels de santé et des Ehpads, l’obligation vaccinale débutera à compter du 15 septembre, sous peine de suspension de poste. La CGT a demandé au gouvernement un allongement des délais. Dossier à suivre pour savoir si le gouvernement acceptera ou pas cette demande.

Raphaël DELAPREE

En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.